Salut Allain


Allain Leprest et ses amis en concert au… par jmvignau

« Je partirai dans mon plus beau posthume » chantait-il. C’est dans le petit village de Jean Ferrat, à Antraigues-sur- Volane, en Ardèche, où le chanteur était venu lui rendre hommage sur scène, qu’Allain Leprest s’est donné la mort dans la nuit de dimanche à lundi dernier. Il avait 57 ans.
Né à Lestre dans le Cotentin le 3 juin 1954, auteur de grande qualité, dans la lignée de la chanson poétique de tradition française, il écrit, interprète ses propres chansons. Reconnu et admiré par ses pairs et ses aînés, dont Jean Ferrat, Juliette Gréco, Henri Salvador, Claude Nougaro, Francesca Solleville, Anne Sylvestre, Allain Leprest n’a pas une large reconnaissance des médias, ni du grand public. Il a construit une œuvre, en artisan émérite et très exigeant. Grâce à Pierre Barouh, directeur du label Saravah, il rencontre l’accordéoniste de jazz Richard Galliano et réalise “Voce a mano”, album qui sort en 1992 et qui lui vaudra le Prix de l’Académie Charles-Cros. Le 20 février 1995, il donne un récital unique à l’Olympia à Paris pour la première fois de sa carrière qui lui vaut la consécration.



Le commentaires sont fermés.